Un monde fantastique où il est possible d'incarner un personnage et de vivre d'incroyables aventures.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ehìlvan

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin
Messages : 36
Date d'inscription : 01/04/2018
Age : 26
MessageSujet: Ehìlvan   Sam 26 Mai - 11:18

Elianthir
Ehìlvan


Résumé : Climat frais et tempéré, population moyenne, échanges commerciaux avec le Tyleìron, pacifique mais capable de se défendre, conflit avec le Brynan, mixité raciale moyenne.




Climat : Continental (hivers froids et secs, étés chauds et pluvieux).
Etendue : Zone de forêt, du littoral (nord, est), à la lisière (sud ; Aìrden et Andwìn inclu), et aux Khabergà et Ràgh Akhar (ouest, Thyminìel inclu).
Gentilé : Les Elvan(ne)s, certains les appellent les Elves, et par amalgame, les Elfes.
Occupants : Des Elfes principalement, Nains, quelques Humains, Nùliens et autres races.
Economie : Moyenne
Commerce : Très peu d’échanges avec les autres pays (sauf le Tyleìron).
Production : soie (vêtements, étoffes), nourriture végétale et champignons, produits de la pêche (poisson, coquillages et mollusques), matériaux de construction (bois, pierre), pigments (teintures, peinture…), transformation du poisson (huiles, crèmes, onguents).
Factions : Les Sylves (Empereur d'Ehìlvan), sauf Andwìn, qui est sans faction.
Situation politique : Empire, projet d’alliance avec l’Agretia, conflits avec le Brynan, relation neutre avec le Seihan, paix entre les différents peuples. Les routes allant et venant de l’Ehìlvan sont secrètes pour les autres pays.


Histoire


Initialement habité par les Sern Caedwin, les elfes sylvains, l’Ehìlvan est resté une terre recouverte d'une importante végétation, si dense que les étrangers peuvent s'y perdre. Voyant là un atout non négligeable, le Roi des Elfes, auparavant situé au Tyleìron, à Rhìadden, décida d’y déménager sa cour et d’y construire la ville d’Ansterìon, avant de prendre le titre d’Empereur.

Pendant des siècles, Ehìlvan fut la cible d’attaques du Seihan, son voisin du sud, ce qui poussa les Elfes et leurs congénères à établir plusieurs villages de surveillance, dans les montagnes. Un système de tours messagères, équipées de bûchers, permettaient de prévenir Ansterìon d’une attaque imminente, ce qui lui fut grandement utile lors de plusieurs affrontements, où Ehìlvan ressorti vainqueur.

Depuis, les tensions avec le Seihan se sont apaisées, bien que les deux pays ne soient pas alliés. Les villages de surveillance sont toujours d’actualité, et les garnisons du Seihan sont remplis de soldats chargés de faire des patrouilles aux abords des frontières.

Grâce à de nombreux voyages diplomatiques, la famille impériale réussit à faire de l’Agretia l’un de ses alliés ; un traité est d’ailleurs en passe d’être signé, ce qui assurera l’Ehìlvan d’aide dans le cas d’attaque du Seihan, et inversement pour le Brynan.


Lieux principaux




Ansterìon

Palais du roi d’Ehìlvan, Ansterìon est cachée au milieu d’une forêt dense, de telle sorte qu’il est presque impossible de le trouver si on n’en connaît pas le chemin. Malgré son apparence esthétique et aérienne, Ansterìon est difficile à prendre car solidement protégé par une succession de ravins, de collines abruptes et de rangées d’arbres et de buissons épineux. Il n’est pas possible d’y tenir un siège.

Le palais royal, large, imposant et très lumineux, se trouve sur les hauteurs de l’un des plus gros arbres, les Communs et les habitations du peuple étant juchées sur ceux plus modestes. Des passerelles et des escaliers les relient. La nuit, la ville est illuminée par des “lampadaires” qui renferment des colonies de vers luisants. On accède à la cité par des passages cachés, principalement des tunnels creusés sous les collines et dont l’entrée est camouflée par une imposante végétation. Toutes les races alliées des Sylves y sont les bienvenues. Il y a donc des habitations adaptées pour les Nains, les Humains, les Nùliens, ou même les Niyabans, bien qu’ils soient largement minoritaires.



Daèthlinn, Ynwidd et Llanreth

Ces trois petites villes portuaires de la région nord permettent la liaison entre le Tyleìron et l’Ehìlvan, que ce soit pour du transport de passagers que de marchandises. Les Elfes étant omnivores (bien qu’ayant une préférence pour les aliments d’origine végétale), on y trouve quelques bateaux de pêche.

De la même manière que pour Ansterìon, les ports de ces villes sont cachés, grâce à des criques pénétrant dans la forêt. Par sécurité, une sorte de porte garde l’entrée du passage, où sont postés des archers. Si par malheur un bateau ennemi devait s’approcher d’un peu trop près, des flèches enflammées le feraient couler immédiatement, et une lourde grille viendrait barrer le passage vers le port.

Ce sont principalement des villes d’Elfes, même si on peut y croiser quelques Nains et Nùliens.



Iosal et Imyllwen

Ces deux petites villes sont construites sur les flancs des Khabergà, à basse altitude. Bien que faites de pierre, on y trouve une importante végétation ; les bâtiments sont hauts, avec des tours et des places superposées.

Des tours de guet permettent de surveiller les environs, notamment le passage de troupes ennemies. Des bûchers, construits en hauteur, peuvent être allumés afin de prévenir les autres villages et Ansterìon d’une attaque.

Des plantations, nécessaires pour faire vivre la population de ces villes, se trouvent aux pieds des montagnes. Les habitants (plusieurs ethnies s’y côtoient, même si on trouve une majorité d’elfes, notamment sylvains et des montagnes) utilisent des cerfs robustes pour les cultures, et des chamois pour amener les ressources jusqu’aux villes.



Manedd et Duìlhen

Villages situés au milieu de la vaste forêt d’Ehìlvan, Manedd et Duìlhen sont construits à même les arbres les plus imposants : les habitations sont creusées dans les troncs ou les branches. Des passerelles relient les maisons entre elles et mènent aux Communs, situés plus en hauteur. Au contraire d’Ansterìon, les éclairages sont fournis par des lampes à huiles et des torchères.

Les habitants sont principalement des Elfes sylvains, avec quelques Humains et Elfes des plaines (moins nombreux, puisqu’ils n’ont pas bonne réputation auprès des Elfes sylvains). Ce mélange culturel explique l’aspect désordonné de ces villages, et le fait que la nature soit moins respectée que dans les autres localités (arbres creusés ou taillés pour les habitations, pour créer des passerelles ou des places…).



Glasfhaìne et Dhìweth

Ces villages établis à l’orée de la forêt d’Ehìlvan possèdent une populations plus éclectique que les autres, en raison de leur proximité avec la frontière seippane. Les Elfes ne représentent que la moitié de la population, et doivent côtoyer Humains, Nùliens et autres races minoritaires (Niyabans, Vampires, Déchus…).

Les habitations, principalement de bois, entourent les Communs, qui surplombent le village en utilisant les arbres les plus robustes. Des places en hauteur, utilisées par les gardes, sont utilisées afin de surveiller la frontière.



Dwinraìn

Petit village côtier établi dans une zone humide et légèrement marécageuse, Dwinraìn s’est établi sur un minuscule îlot de terre stable, et au fil du temps, s’est développé en hauteur. Un pont de bois permet d’enjamber un ruisseau et de rejoindre la route d’Ansterìon d’un côté, et de l’embarcadère de l’autre.

Les bateaux qui s’y trouvent sont principalement utilisés pour la pêche. N’ayant pas de gros besoins de viande (les habitants sont surtout des Elfes), les habitants récupèrent les arêtes et les écailles des poissons pour produire des huiles, crèmes et onguents, qu’ils revendent ensuite sur les marchés.

Quelques rares bateaux proposent la traversée vers Ornaris, mais étant un continent sauvage et hostile, peu de gens sont intéressés par ce périple.

La région n’est pas la plus agréable : humide, il y a règne une brume quasi permanente.



Galabrenn

Petite ville de montagne située aux limites du territoire d’Ehìlvan, Galabrenn est peu connue, bien qu’elle offre un ultime refuge aux alliés des Sylves. L’architecture, particulière, est le fruit de la mixité de la population ; les Elfes sont loin d’y être en majorité. Les Humains et les Nains sont les plus nombreux, et ont utilisé leur force et leurs compétences de taille de la pierre pour construire ce joli hameau de montagne.

Un passage souterrain mène aux pieds des falaises, sur la mer, afin de permettre aux habitants de pêcher et de récupérer coquillages et mollusques pour se nourrir. L’agriculture ne leur est néanmoins pas étrangère, bien qu’ils ne possèdent pas de terres arables. Des jardins publics ont été aménagés par endroits afin de cultiver légumes et céréales.

Il réside dans ce village une très grande cohésion entre ses habitants.



Thyminiel et Aìrden

Juchés sur des pics rocheux, ces deux villages servent également de relais et de tours de guet lorsqu’une attaque se dirige vers Ansterìon. Des bûchers situés dans les fines tours et peuvent être allumés très rapidement, notamment grâce à la vue dégagée qu’ont ces villages sur la plaine.
Habités principalement d’Elfes sylvains et des montagnes, les apports de nourriture proviennent de cultures de champignons et de légumineuses, et d’élevages de bêtes natives des massifs montagneux, tels les chamois et bouquetins.

L’isolement de ces villages ne plaisant pas à beaucoup de monde, la communauté est assez restreinte, mais, obligée de vivre ensemble de façon soudée, elle ne comporte pas de membres marginaux, d’ermites, et n’accepte d’héberger et de nourrir des inconnus que contre un service (travail de ferme, aide à la construction ou les réparations, etc.).



Andwìn

Village de Nùliens (et uniquement de Nùliens), Andwìn est le seul village d’Ehìlvan à ne pas faire partie des Sylves. Sans faction, il est un refuge pour les Nùliens sans maître, notamment les enfants et les femmes sur le point d’accoucher. On y trouve également des vieillards, et des hommes dans la force de l’âge, qui ont perdu leur maître, ou qui ont besoin de temps suite à un rejet. En communauté, ils s’entraident sans former de hiérarchie.

Principalement fait de bois, le village repose sur un relief encore escarpé bien que les montagnes soient loin. La forêt, de cèdres, masque son activité et permet au village de prospérer loin des regards des curieux. Aucun étranger n’y est admis, même s’il s’agit du conjoint ou du maître d’un(e) Nùlien(ne).

Distances



Distances en kilomètres, pour un trajet à pied, à allure de marche.

NB : environ 30 kilomètres par jour pour un Humain, un Elfe ou un cavalier, compter moins pour un Nain à pied, un enfant ou une personne invalide ou blessée. Attention à prendre en compte le relief et le climat dans le cas d’un trajet direct et non par la route.


Paysages:
 

Carte HD:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valkarna.forumactif.com
 
Ehìlvan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valkarna :: L'essentiel :: Fondamentaux :: Encyclopédie :: Géographie :: Elianthir-
Sauter vers: